L’artiste japonais Hiroshi Sujimoto a crée la Fondation d’Art d’Odawara en 2009 afin de promouvoir la culture et les arts au Japon et dans le monde. En 2017, après 10 ans de travaux, le complexe Enoura ouvre enfin ses portes sur une ancienne plantation d’agrumes de 40 000 mètres carrés.
L’Observatoire Enoura est adossé aux montagnes de Hakone et offre une vue à couper le souffle sur la baie de Sagami.
 alt=
TITRE
Né à Tokyo en 1948, élevé au Japon, Sujimoto a passé la majeure partie de sa vie à New-York comme antiquaire puis comme photographe et enfin comme expérimentateur en architecture, sculpture et plus récemment avec le théâtre Noh et les marionnettes Bunraku. Sujimoto s’intéresse depuis longtemps à ce que le monde était avant la civilisation et à ce qu’il sera après. Ses réflexions ont donné naissance à un lieu de symbiose, une fusion entre l’ancien et le nouveau, tradition et innovation. Il a longtemps été fasciné par la mer. Il a expliqué: » Mon premier souvenir d’enfance est celui de la mer vue de la fenêtre du train Shonan, qui parcourt l’ancienne ligne Tokaido reliant Atami à Odawara. »
Sujimoto a orienté l’Observatoire en fonction du mouvement annuel du soleil: le solstice d’hiver, début de la nouvelle vie; le solstice d’été, lorsque le pendule des saisons remonte à nouveau et les équinoxes de printemps et d’automne. Le complexe Enoura comprend des galeries d’art saisonnières, 2 scènes extérieures (une en pierre réalisée à partir d’une grande dalle extraite des murs de pierre du chateau d’Edo, l’autre en verre ), une maison de thé et des jardins. Il a pour mission de faire revivre les méthodes de construction traditionnelle japonaises.
 alt=
TITRE
Par une belle journée de septembre, je prends le Odakyu Express Romance Car depuis la gare de Shinjuku jusqu’à Odawara. Arrivée à Odawara après 70 minutes, je prends le JR Tokaydo Line jusqu’à la petite gare de Nebukawa. Une navette gratuite permet d’atteindre l’Observatoire. Nous sommes 6.
A l’entrée, la porte Meigetsu marque l’accès à la partie sud du jardin. Elle remonte à l’époque Muromachi (1336-1573). Elle conserve les matériaux et le style zen des structures de cette époque. Dans le très élégant centre d’accueil tout en verre, j’ai droit à un petit briefing en anglais. La magnifique grande table est en bois de cèdre Yakusugi vieux de 1000 ans qui provient de l’île de Yakushima au sud de Kagoshima.
 alt=

Porte Meigetsu
TITRE

Centre d’accueil
 alt=

Table du centre d’accueil
La galerie du solstice d’été, longue de 100m, est un grand couloir qui propose, d’un côté des oeuvres photographiques « Seascape » de Sujimoto, accrochées à un mur de roche volcanique Oya et de l’autre, 37 vitres posées côte à côte sans support. Elle est orientée de façon à recevoir en son centre les rayons du soleil lors du solstice d’été. La série de photographies monochromatiques « Seascape » date de 1980 et a été popularisée par la pochette de l’album « No line on the horizon » du groupe irlandais U2.
 alt=

Galerie du solstice d’été
 alt=

Galerie du solstice d’été
Elle se termine par un porte-à-faux de 12 mètres surplombant la mer et offrant une magnifique plateforme d’observation.
TITRE
TITRE
Un peu plus loin, la maison de thé, U-cho-ten « Ecouter la pluie », est un hommage au « Tai-an », maison de thé traditionnelle de l’architecte Sen No Rikyu. Son toit en tôle ondulée provient d’une grange de la région. Pour y entrer, il faut se mettre à genoux pour passer le « nijiriguchi », l’entrée traditionnelle.
 alt=
 alt=
TITRE
Pour célébrer le lever du soleil au solstice d’hiver, Sujimoto a crée un tube rectangulaire de 70M de long en acier rouillé CorTen, alliage provenant des Etats-Unis et qui se transforme en rouille avant de se stabiliser. Ce tube métallique est beaucoup plus étroit que la galerie d’été. Au solstice d’hiver, la lumière traverse le tunnel pour illuminer une pierre à l’autre bout. Un caillou signifie qu’il est interdit d’aller plus loin.
TITRE

Tunnel du solstice d’hiver
TITRE

Tunnel du solstice d’hiver
TITRE

Tunnel du solstice d’hiver
Le tunnel n’est pas éclairé à l’intérieur sauf à un endroit où une ouverture laisse passer la lumière au-dessus d’un ancien puits de pierre.
TITRE
TITRE
 côté de ce tube d’acier, a été construite une scène en verre optique qui semble flotter dans l’air. Elle repose sur une structure en bois de cèdre construite suivant la technique de construction japonaise kake-zukuri, méthode rendue célèbre par le temple Kiyomizu-dera à Kyoto. Le théâtre en plein air face à la scène en verre est une reconstitution grandeur nature d’un amphithéâtre romain en ruine situé à Ferento dans la région du Latium en Italie.
TITRE
TITRE
TITRE
Le parc est parsemé de lanternes, d’énormes pierres et de portes de temples bouddhistes datant de plusieurs siècles et faisant partie de la collection privée de Sujimoto. Chacune a son histoire.
TITRE
TITRE
TITRE
Ishi wo taten koto: l’art de poser des pierres dans un jardin avec une grande attention portée à la forme, à l’équilibre et à l’espace.
TITRE
TITRE
TITRE
TITRE
TITRE
« Qu’est-ce-que l’art doit exprimer aujourd’hui? » demande Sujimoto. Une question simple à laquelle il est apparemment difficile de répondre simplement.
TITRE
TITRE
TITRE
Le but de l’Observatoire Enoura est de faire revivre les méthodes de construction japonaise et de les transmettre aux générations futures. Le pari est réussi. On ressent un sentiment d’harmonie parfaite entre le site et la nature. Le fait que le nombre de visiteurs soit limité permet de profiter en toute quiétude de cet endroit magnifique.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.