La nuit où j’ai dormi
A flanc de montagne au printemps,
Même dans mon rêve
Tombaient
Des fleurs de cerisiers.
Kino Tsurayuki
La saison des cerisiers ou « sakura » en fleurs marque l’arrivée du printemps au Japon. Ces fleurs sont le symbole du caractère fragile et éphémère de la vie. Mais aussi de l’espoir, puisqu’elles refleuriront l’année suivante en un cycle éternel. Contrairement aux autres fleurs, les sakuras ne se fanent pas. Elles sont emportées par le vent après leur épanouissement. La floraison commence fin décembre dans l’île de Kyushu au sud pour se terminer en mai dans l’île de Hokkaido au nord. C’est un événement que les japonais ne rateraient pour rien au monde. Les chaines météo suivent jour après jour l’évolution de cette floraison.
Sakura
Il existe plus de 600 variétés de cerisiers au Japon avec des fleurs allant du blanc pur au rose foncé. La plus courante est le Somei Yoshino d’un blanc légèrement rosé avec une fleur à 5 pétales. Cette fleur toute simple est représentée sur de nombreux objets au Japon et notamment sur les pièces de 100Y ou sur les épaulettes des policiers et des militaires. Durant la seconde guerre mondiale, les pilotes kamikazes peignaient cette fleur de sakura sur leur avion avant de partir pour un combat dont ils ne reviendraient probablement pas, symbole de leur vie aussi éphémère.
IMG_8337
IMG_8368
Hanami signifie « regarder les fleurs » en japonais. Cette tradition remonte au VIIIe siècle à l’époque Nara. A l’origine, c’était surtout l’aristocratie qui s’adonnait à ce passe-temps. La coutume s’est démocratisée à l’époque Edo, la floraison des cerisiers, marquant le début de la plantation du riz. De nos jours, elle marque le début de l’année scolaire, universitaire et fiscale.
Hanami

Parc de Shinjuku
Hanami

Parc de Shinjuku
Hanami

Parc de Shinjuku
Aujourd’hui, le Hanami est surtout le prétexte pour se retrouver en famille, avec des amis et des collègues pour pique-niquer et boire ensemble sous les cerisiers. Si un pétale tombe dans votre verre, cela vous portera chance pour l’année qui vient.
A Tokyo, le parc de Shinjuku est un des endroits les plus agréables pour admirer plus d’un millier de cerisiers. Ce matin un beau soleil éclaire les fleurs et il n’y a pas encore trop de monde.
Hanami

Parc de Shinjuku
Hanami

Parc de Shinjuku
Il n’y a pas d’âge pour apprécier les cerisiers et les japonais commencent tôt…
Hanami
Hanami
Hanami
Après avoir musardé dans le parc de Shinjuku, je vais faire un tour dans le parc de Ueno. C’est un des endroits les plus fréquentés de Tokyo à cette époque.
Dans le parc de Ueno, plus de 2 millions de personnes chaque année, se pressent pour admirer les cerisiers. Dans la soirée, quelques 1300 lanternes s’allument et offrent un spectacle magique. Les allées sont envahies de touristes. Je ne reste pas longtemps, il y a trop de monde…
Hanami

Parc de Ueno
Hanami

Parc de Ueno
Hanami

Parc de Ueno
Hanami

Parc de Ueno
Hanami

Parc de Ueno
Le lendemain matin, je descends à la station Asakusa pour aller me promener le long de la rivière Sumida, entre les ponts Azumabashi et Sakurabashi. Il fait un temps magnifique. Il y a pas peu de monde ce matin. Les cerisiers sont splendides et la promenade très agréable.
Hanami

Parc de Sumida
Hanami

Parc de Sumida
Hanami

Parc de Sumida
C’est au début du XVIIIè siècle que le shogun Tokugawa Yoshimune fit planter plus de 600 cerisiers sur près d’un kilomètre le long de la rivière Sumida et aux abords du temple Sensô-ji. En fin d’après-midi, des centaines de lanternes s’allument pour le festival des cerisiers en fleurs du Parc Sumida.
Hanami

Parc de Sumida
Hanami

Parc de Sumida
Hanami

Parc de Sumida
De tous temps, les japonais ont souhaité passer leur dernier sommeil sous les cerisiers. C’est pourquoi on trouve de nombreux cerisiers dans les cimetières.
Le cimetière de Yanaka se situe dans le district de Taito. On y trouve notamment les tombes du dernier shogun du Japon, Tokugawa Yoshinobu et du célèbre écrivain Natsume Sôseki dont le portrait illustre les billets de 1000Y.
Hanami

Cimetière de Yanaka
Hanami

Cimetière de Yanaka
L’endroit est paisible. Les cerisiers étalent leurs branches au-dessus des stèles comme pour mieux les protéger. Le quartier avec ses ruelles tranquilles, ses maisons typiques et ses multiples temples, a le charme du Tokyo d’antan. Il a été préservé des incendies, tremblements de terre ou bombardements lors de la seconde guerre mondiale.
Hanami

Temple de Tennô-ji
Hanami

Cimetière de Yanaka
Hanami

Temple de Tennô-ji
La période du Hanami est sûrement l’une des plus belles pour visiter le Japon. Mais aussi l’une des plus fréquentées.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *