La Grande Traversée des Alpes, une succession d’ascensions et de descentes, de cols en cols, d’alpages en pierriers, traverse 5 départements durant plus de 500 kilomètres et 30000 mètres de dénivelé positif. Des efforts réguliers, constants, exigeants récompensés par un surcroît de beauté et de liberté.
Une aventure solitaire le long du GR 5 à travers les plus beaux paysages des Alpes. Rien de mieux que cheminer le long des sentiers pour rencontrer un pays, s’en imprégner. Marcher et être libre de choisir son chemin, de s’arrêter quand on veut. Un effort physique mais un exercice simple, un pas après l’autre et finalement des milliers de pas qui font une merveilleuse histoire…des souvenirs inoubliables…
GR5 Parc de la Vanoise

GR5 Parc de la Vanoise
GR5

GR5
GR5 Vallée étroite

GR5 Vallée étroite

Vendredi 3 juillet 2015

14,76kms
dénivelé + = 1764m
dénivelé total -: 1160m
altitude max : 1888m.
Ma Grande Traversée des Alpes commence aujourd’hui à l’aéroport de Roissy à 7h du matin. Je prends le premier avion pour Genève. Puis le train jusqu’à la gare Cornavin puis à pied jusqu’à la gare routière. Un premier car jusqu’à Thonon puis un deuxième jusqu’à Saint-Gingoph,389m. Pas facile de rejoindre le départ! Un dernier coup d’œil derrière moi sur le lac Léman, je suis partie pour près de 500kms.
Je commence à marcher à midi. Il fait très chaud. La France souffre sous la canicule en ce début de juillet. Moi aussi. Le chemin monte dans les bois jusqu’à Novel,960m, petit village qui dort sous le soleil. Ma première montée vers le col de Bise,1915m, est éprouvante. Impossible de me protéger du soleil. La chaleur est suffocante. Mon sac me semble peser une tonne. Et pourtant eau et nourriture comprises, il ne fait guère plus de 10 kgs. J’ai choisi avec soin et parcimonie tout mon équipement.

GR5 Novel

GR5 Novel
GR5 Lac Léman

GR5 Lac Léman
Enfin c’est la descente vers les chalets de Bise. J’ai beaucoup hésité avant de partir: ferai-je cette traversée avec mes chaussures de randonnée ou avec mes chaussures de trail? On commence de plus en plus à trouver des chaussures de randonnée plus basses, moins lourdes. Après beaucoup de réflexion, j’ai choisi de partir avec mes Ultra Raptor de chez La Sportiva. Dans la montée elles sont parfaites. Elles accrochent bien. En revanche, en descendant, je me tords la cheville. J’ai mal. Mais surtout j’ai peur. Je réalise que je ne pourrai pas faire toute cette traversée avec ces chaussures. Je pose les pieds avec précaution ce qui me ralentit beaucoup. Ça commence mal! J’arrive aux chalets de Bise,1502m, vers 16h, juste le temps de boire une menthe à l’eau et il faut attaquer la montée du pas de la Bosse,1816m. Puis la descente vers La Chapelle d’Abondance,1021m. J’arrive à 18h30 au Fêto, mon étape du jour. La chaleur m’a épuisée…
C’est une ferme auberge où, grand luxe, je peux profiter d’une chambre et d’une salle de bain individuelles. En ce début juillet, La Chapelle d’Abondance est déserte. J’aurais aimé trouver un magasin de sport pour pouvoir m’acheter des chaussures de randonnée mais tout est fermé. Je suis très ennuyée. Il va me falloir continuer à marcher avec ces chaussures. Nous ne sommes que 3 clientes ce soir au Féto. La patronne nous offre un apéritif puis je dîne avec 2 irlandaises, la mère et la fille qui font une petite partie du GR5. Je vais me coucher à 21h, fatiguée par cette première journée.
Dîner: Fondue et charcuterie, tarte aux pommes. 49€.
Réseau, pas de wifi.
GR5

GR5 Novel
GR5 La Chapelle d'Abondance Le Féto

Gîte Le Feto

Samedi 4 juillet 2015

36,51 kms
dénivelé total + :1923m
dénivelé total – :1587m
altitude max 2073m.
Je me lève tôt. Une longue journée m’attend. Je mets une bande autour de ma cheville pour éviter qu’elle ne se torde. Je quitte La Chapelle d’Abondance à 6h15.
Il fait bon. Tout est calme. Le sentier serpente dans les sous bois jusqu’au col des Mattes, 1930m. Ca grimpe dur. Heureusement cette portion est encore à l’ombre.

GR5

GR5 Chatel
GR5 Col des Mattes

GR5 Col des Mattes
Puis ce sont les alpages verdoyants jusqu’au col de Bassachaux,1778m. Il fait très chaud. Je déjeune rapidement au refuge. Le GR5 entre en Suisse pour une petite escapade. Le chemin vers le col de Chésery traverse les pistes de ski de la station de Champéry qui fait partie du domaine de ski des Portes du Soleil. J’entame la montée vers le col de Coux,1920m, poste frontière entre la France et la Suisse. Il ne reste plus qu’un cabanon abandonné. Le soleil tape fort. J’ai hâte d’arriver. J’avais prévu d’aller jusqu’au col de Golèse mais la chaleur a eu raison de mon énergie. Je m’arrête au refuge de la Chardonnière aux pieds des falaises des Terres Maudites.
Je suis fourbue. Je viens de faire une de mes plus longue journée mais je ne le sais pas encore. Je partage une chambre avec 3 suissesses qui font aussi la GTA et un français. Le refuge est occupé par un groupe de français qui font un raffut bruyant mais je suis tellement fatiguée que je m’endors de bonne heure sans problème.
Dîner: Salade composée, diots avec de la polenta, fromage, panna cotta de fruits rouges. 41€.
GR5 Champéry

GR5 Champéry
GR5 Lac de Chésery

GR5 Lac de Chésery
GR5 Refuge de la Chardonnière

GR5 Refuge de la Chardonnière

Dimanche 5 juillet 2015

13,95kms
dénivelé +: 410m
dénivelé -: 1042m
altitude max :1662m
Cette journée sera courte. Je compte m’arrêter à Samoens pour m’acheter des chaussures de randonnée. Je monte au col de Golèse,1662m, traverse des prairies puis c’est la longue descente en sous bois vers Samoens, 703m où j’arrive vers midi. Nous sommes dimanche et c’est l’American Festival. Le village est envahi de touristes. Ah! si je n’avais pas du m’arrêter, je serais passée en courant. Je descends à l’hôtel le Gai Soleil.
Il fait une chaleur étouffante. Au magasin Intersport, je discute avec un vendeur qui me conseille des chaussures de randonnée Millet parfaites pour moi. Je vais pouvoir marcher en toute sécurité. Prochain bureau de poste ouvert, finies les vacances pour mes Ultra Raptor, elles vont retourner à la maison avec le premier facteur! Je dine dans une pizzéria du village et au lit.

Sixt Fer à Cheval

GR5 Sixt Fer à Cheval
GR5 Samoens

Le Gai Soleil Samoens

Lundi 6 juillet 2015

21,45 kms
dénivelé total + :1815m
dénivelé total – :524m
altitude max :2229m
Comme à mon habitude je pars tôt pour profiter de la fraîcheur même si, à 6h30 du matin il fait déjà plus de 20°. J’aime marcher, pas juste pour le plaisir de marcher mais aussi pour tous ces magnifiques paysages qui surgissent à chaque virage. Le GR5 suit le Giffre, torrent impétueux, sur plusieurs kilomètres. Le chemin s’élève dans les bois avec quelques échelles à monter pour atteindre la partie haute des gorges des Tines. On atteint les alpages où se trouvent les chalets d’Anterne. Le paysage est superbe, verdoyant. Rencontre inattendue: une équipe de télévision de FR3 Rhône-Alpes filme les randonneurs qui passent dont un petit groupe d’enfants avec un âne. Je déjeune au refuge Alfred Wills aux pieds de la chaîne des Fiz. Je discute avec l’équipe de télévision de FR3 Rhône-Alpes. Ils préparent des reportages sur la Grande Traversée des Alpes. Ils me demandent s’ils peuvent m’interviewer, ce que j’accepte. Quinze jours plus tard, je reçois un mail d’Henri, mon moniteur de ski, qui m’a vu au journal régional. Amusant.
Au loin, accrochés à flanc de montagne, des troupeaux de moutons arrivés là on ne sait comment.

GR5 Chalets d'Anterne

BR5 Chalets d’Anterne
GR5 Refuge Fred Willis

GR5 Refuge de Fred Willis
GR5 Col d'Anterne

GR5 Refuge d’Anterne
Je longe le lac d’Anterne avant de monter au col éponyme,2257m. Et c’est un magnifique panorama qui s’offre: la chaîne des Fiz sur la droite, les Aiguilles Rouges et le massif du Mont Blanc au fond. Je descends vers le refuge de Moëde Anterne,1996m, qui sera mon étape pour cette  nuit. Je ne suis pas déçue, la vue à 380° est absolument incomparable, en dépit du Mont blanc caché par quelques nuages. Il n’y a pas de réseau. On se sent au bout du monde. Je partage un dortoir avec un français et un japonais. Et toujours le même rituel à l’arrivée: une menthe à l’eau bien fraîche pour me désaltérer après la chaleur de la journée puis douche et enfin petite lessive. C’est la condition pour ne pas avoir un sac trop lourd. Avec le soleil et le vent, tout est sec très rapidement. Ce soir je dîne avec mes compagnons de chambrée et un néo-zélandais. Nous faisons un comparatif des refuges dans les différents pays. De nouvelles idées pour d’autres randonnées…J’avais le choix lors de la réservation pour le dîner: fondue, diots et gratin dauphinois ou spaghettis. J’ai choisi les diots. Au lit à 21h…
Dîner: Soupe de légumes, diots et gratin dauphinois, fromage, salade de fruits. 51€.
Pas de réseau ni wifi.
GR5 chaîne des Fiz

GR5 Chaîne des Fiz
GR5 lac d'Anterne

GR5 Lac d’Anterne
GR5 col d'Anterne

GR5 Col d’Anterne
GR5 chaîne des Fiz

GR5 Chaîne des Fiz
GR5 col d'Anterne

GR5 Le Mont Blanc vu du col d’Anterne
GR5 Refuge de Moëde Anterne

GR5 Refuge de Moëde Anterne

Mardi 7 juillet 2015

31,53 kms
dénivelé total +:2167m
dénivelé total -:1491m
altitude max :2476m
Debout à 5h du matin. C’est une longue journée qui commence avec de l’autre côté de la vallée, le col du Brévent, première étape de la journée. Que j’aime ces départs au petit matin! Tout est paisible, la nature s’éveille. Il fait encore frais. Et par ces jours de canicule c’est inestimable. Le chemin descend vers le pont d’Arlevé,1597m, qui franchit le torrent de la Diosaz. En montant au col du Brévent,2368m, je rencontre mes premiers névés et mes premières marmottes. Les derniers mètres jusqu’au sommet du Brévent se fond dans les rochers équipés d’échelles par endroits.

GR5

GR5 Passy
GR5 col du Brévent

GR5 Col du Brévent
GR5 col du Brévent

GR5 Une copine marmotte
GR5 col du Brévent

GR5 Col du Brévent
GR5 glacier des Bossons

GR5 glacier des Bossons
Toute la vallée de Chamonix s’étale à mes pieds avec le Mont Blanc comme gardien et l’imposant glacier des Bossons. C’est toujours avec beaucoup d’étonnement que je lève mon regard vers ce Mont Blanc: et dire que j’étais là-haut l’année dernière. J’ai encore du mal à y croire. Je prends le téléphérique du Brévent pour descendre à Chamonix, direction la poste. Avec beaucoup de plaisir je me déleste de mes chaussures et de quelques autres bricoles qui n’auront pas la chance de poursuivre le chemin avec moi. Et allez hop! Un kilo et demi de moins. C’est toujours ça. Il fait plus de 37° aujourd’hui à Chamonix. Il n’y a pas un souffle d’air. C’est à la limite du supportable. Je prends le car pour les Houches,980m, et j’entame la montée vers le col de Voza,1653m, sous un soleil de plomb. J’aurais bien aimé faire la variante par le col du Tricot mais avec le passage à Chamonix, je n’ai plus le temps. Le chemin par Bionnassay et le Champel est plus facile. Et puis je le connais pour l’avoir parcouru lors de mon tour du Mont Blanc. Je traverse Les Contamines-Montjoie au pas de course. Il est tard. Mes entraînements de marche nordique n’ont pas été inutiles! Je passe sans m’arrêter devant la chapelle de Notre Dame de la Gorge pour me lancer sur l’ancienne voie romaine qui monte vers le Bonhomme. Les grosses dalles qui forment le chemin sont lisses à force d’avoir été usées par les pas des marcheurs. Combien sont-ils à avoir emprunté cette voie avant moi ici et combien passeront encore? J’arrive au refuge du Nant Borrant,1460m,vers 18h00.
GR5 Chamonix

GR5 Chamonix
GR5 col du Brévent

GR5 Col du Brévent
J’arrive au refuge du Nant Borrant,1460m,vers 18h00. Le refuge du Nant-Borrant est un petit refuge tout en bois très agréable très bien tenu. Je dîne avec 2 français Nicolas et Gaël qui font une petite partie du GR5. Ils s’arrêtent demain au refuge du Plan-de-la Lai comme moi. Je ferai l’étape avec eux. Ce soir je partagerai ma chambre avec une anglaise et un intrus… trop mignon.
Dîner: Soupe de légumes, diots et gratin dauphinois, tarte aux pommes. 40€.
Pas de réseau ni wifi.
GR5 Les Contamines Montjoie

GR5 Les Contamines Montjoie
GR5 Refuge du Nant Borrant

GR5 Refuge du Nant Borrant
GR5 Refuge du Nant Borran

Mon compagnon de chambrée

Mercredi 8 juillet 2015

27,69 kms
dénivelé total + :2161m
dénivelé total – :1621m
altitude max :2498m
Le temps est légèrement brumeux ce matin, ce qui n’est pas pour me déplaire. Je me sens en pleine forme. Aucune douleur ni courbatures. La vie est belle. La montagne aussi. Le GR5 est commun avec le Tour du Mont Blanc et le Tour du Beaufortain sur cette partie du parcours. La montée débute entre les alpages de la Balme. C’est la montagne que j’aime. Une montagne humaine. On se croirait dans un épisode de la petite maison dans la prairie. Je suis partie un peu plus tard ce matin, mes compagnons de route étant moins matinaux que moi…Dans la montée du col du Bonhomme, nous sommes une petite dizaine. C’est l’effet Tour du Mont Blanc. Je grimpe rapidement dans les rochers. Nous sommes à l’ombre. La température est idéale pour marcher. Nicolas et Gaël sont loin derrière. Je ne les attendrai pas. J’aime marcher à bonne allure. Au col du Bonhomme,2329m, le vent souffle et je mets pour la première fois ma veste en goretex. Encore une petite montée dans un pierrier et j’arrive au col de la Croix du Bonhomme,2479m. C’est ici que le Tour du Mont Blanc et le GR5 se sépare. Le sentier se poursuit sur la crête des Gittes, vertigineux, avec le vide de chaque côté.

GR5 col du Bonhomme

GR5 col du Bonhomme
GR5 La Balme

GR5
GR5 La Balme

GR5
GR5 crête des Gittes

GR5 crête des Gittes
GR5

GR5 les jolies taurines
Puis c’est une jolie descente par le col de Sauce vers le refuge du Plan-de-la-Lai,1818m. Il est 12h30 et j’ai envie de continuer. Je téléphone au refuge de Presset mais il n’y a plus de place. Je me replie sur le refuge de la Balme Tarentaise. Juste le temps de déjeuner rapidement et je repars. Le chemin est encore long jusqu’au refuge! Le sentier s’élève doucement à travers les alpages avec une jolie vue sur le barrage de Roselend. La montée vers le col de Bresson,2469m, se dessine dans les rochers grâce aux cairns aux pieds de la Pierra Menta. Le  paysage est dur, froid, minéral. Heureusement qu’il y a ces cairns qui donnent un peu d’humanité à cet enchevêtrement de pierres. D’autres sont passés par là et ont laissé un petit caillou, signe de leur passage pour ceux qui viendront, comme un relais que l’on se passe par delà le temps et l’espace. Le chemin descend, périlleux, dans un pierrier puis le long d’un ruisseau vers le refuge de la Balme,2009m. Le confort est rustique, en revanche les diots sont les meilleures que j’ai mangées depuis le début de ma traversée. On ne peut pas tout avoir…Le dortoir de 20 est complet ce soir. Mes compagnons de chambrée ayant surement trop bu au cours du diner, ils passeront la nuit à se lever pour aller aux toilettes et moi pour une fois, je dormirai mal. La vie en refuge n’est pas toujours rose…
Dîner: Soupe de légumes, diots et gratin dauphinois, yaourt, gâteau. 40€.
Pas de réseau ni wifi.
GR5 Refuge de la Balme

GR5 Refuge de la Balme
GR5 lac de Roselend

GR5 lac de Roselend
GR5

GR5

Jeudi 9 juillet 2015

28,75 kms
dénivelé total + :1864m
dénivelé total – :2258m
altitude max :2570m
Malgré une nuit peu reposante, je pars tôt pour accompagner le lever du jour. Partir tôt est la promesse d’une longue journée rythmée par le pas lent qui s’imprime dans le corps. La journée promet d’être chaude. Le sentier descend gentiment à travers les alpages vers Valezan,1186m, petit village pittoresque tout en pente. Puis c’est Bellentre,776m, village endormi. J’ai raté le chemin qui monte directement à Montchavin et je me retrouve sur la route de Landry,777m. Zut! Pour ne pas m’alourdir, je n’ai pas emporté les 4 topos guides de la GTA. J’ai téléchargé sur ma montre et mon téléphone les parcours et les cartes ainsi que toutes les informations nécessaires à mon périple que je peux consulter même sans réseau. Mais cette fois-ci, trop confiante, je me suis trompée. Je décide de faire du stop pour aller directement au refuge de Rosuel, porte du parc national de la Vanoise. A peine le temps de lever le pouce qu’une voiture s’arrête. C’est ma chance. La conductrice est une randonneuse qui habite la région. Nous papotons durant tout le trajet. Ce petit coup de pouce me permet d’entamer la montée tôt dans la matinée. La vue sur la vallée de Peissey est magnifique.

GR5 Landry

GR5 Landry
GR5

GR5 Valezan
GR5 refuge de Rosuel

GR5 refuge de Rosuel
Le sentier s’élève dans une forêt de mélèzes pour atteindre le Plan des Eaux où paissent des vaches venues d’on ne sait où. Je laisse le lac de la Plagne,2145m,sur ma droite pour monter dans un paysage magnifique vers le col du Palet,2652m. Mon esprit vagabonde d’un sommet à l’autre. La marche est propice à la rêverie. Les pensées apparaissent puis s’évanouissent tel les nuages dans le ciel. Comme un skieur qui attrape une perche de téléski pour l’emporter plus haut, l’esprit s’accroche à une idée qui l’emporte vers une autre sans jamais s’attacher. Il est libre.
GR5 parc de la Vanoise

GR5 parc de la Vanoise
GR5 vallée de Peisey

GR5 vallée de Peisey
GR5 Plan des Eaux

GR5 Plan des Eaux
Je déjeune au refuge du Col du Palet avant de commencer la descente vers Tignes. Et dans la descente je fais une de mes plus belles rencontres: des edelweiss. Depuis mon enfance et les kilomètres que j’ai pu faire, jamais je n’avais vu des edelweiss in vivo. Je suis émerveillée. J’arrive à Tignes Val Claret vers 17h. Je trouve une chambre à l’hôtel Diva. Quel plaisir de me retrouver dans une chambre avec une salle de bain rien que pour moi. Un luxe que j’avais oublié…et tout ça pour 50 euros. J’en profite pour prendre un bain et faire une bonne lessive.  Il y a une télévision aussi. Je l’allume puis je l’éteins aussitôt. Moi qui habituellement suis une accro du journal télévisé, je n’ai pas envie d’être contaminée par toutes les mauvaises nouvelles du jour! Je dîne dans un sushi bar, ça me change des diots!
GR5 Lac de la Plagne

GR5 Lac de la Plagne
GR5

GR5 Col du Palet
GR5 refuge col du Palet

GR5 refuge col du Palet
GR5 Edelweiss

GR5 Edelweiss
GR5 Tignes

GR5 Tignes
GR5 Tignes

GR5 Tignes
GR5 Tignes

GR5 Tignes
GR5 Hôtel Le Diva

GR5 Hôtel Le Diva

Vendredi 10 juillet 2015

29,27 kms
dénivelé total + :1572
dénivelé total – :1362m
altitude max :2747m.
Nous sommes en juillet mais la station de Tignes est occupée par des skieurs qui profitent des pistes du glacier de la Grande Motte pour s’entraîner. C’est amusant de les voir à 7h du matin, casqués et skis sous le bras attendant l’ouverture du funiculaire. Je laisse le GR5 classique pour prendre la variante par le GR 55 qualifiée de « haute montagne  » jusqu’au pont de Croë-Vie où je le récupérerai. La première montée passe par les pistes de ski de Tignes pour arriver au col de Leisse,2758m, plus haut passage de ma Grande Traversée des Alpes. Sur la droite les pistes de ski de la Grande Motte. J’observe au loin les skieurs ainsi que le ballet des dameuses remontant la neige. Etrange contraste.

GR5 Tignes

GR5 Tignes
GR5 Tignes

GR5 Tignes
GR5 Tignes

GR5 glacier de la Grande Motte
Je bascule dans le vallon de la Leisse. Immense étendue déserte et sauvage. L’impression d’être seule au monde, loin très loin de toute civilisation. Unique petit point mobile dans ce paysage,  je me sens dans mon élément ici. Ce sentier est le mien. Cette montagne est pour moi aujourd’hui. Le lac des Nettes semble bien sec en ce début juillet.
GR5 vallon de la Leisse

GR5 vallon de la Leisse
GR5 lac des Nettes

GR5 lac des Nettes
Et le long du chemin, toujours de jolies fleurettes qui colorent ce paysage rocailleux. Le refuge de la Leisse apparait au détour d’un tournant. Le chemin longe le torrent de la Leisse. Le paysage est superbe. Il invite à la contemplation. J’en profite pour m’arrêter pour manger un peu et tremper mes pieds dans l’eau glacée. Bonheur volé. C’est le royaume des marmottes.
GR5 vallon de la Leisse

GR5 vallon de la Leisse
GR5 refuge de la Leisse

GR5 refuge de la Leisse
GR5 vallon de la Leisse

GR5 vallon de la Leisse
GR5 vallon de la Leisse

GR5 vallon de la Leisse
GR5 vallon de la Leisse

GR5 vallon de la Leisse
Puis c’est la descente vers le pont de Croë-Vie,2099m, qui enjambe la Leisse pour remonter de façon très raide jusqu’à une stèle à la mémoire de 2 alpinistes.
GR5 pont de Croë-Vie

GR5 pont de Croë-Vie
GR5 pont de Croë-Vie

GR5 pont de Croë-Vie
GR5

GR5 Stèle
Je quitte le GR 55 pour rejoindre le GR 5 en traversant un chaos de rochers quand, au détour d’un virage, je me retrouve nez à nez avec un bouquetin, aussi étonné que moi de me voir. Pas plus effrayé que ça, il prend la pause pour une photo de carte postale. Merveilleuse rencontre.
GR5 la Vanoise

GR5 la Vanoise
GR5 la Vanoise

GR5 la Vanoise
La suite du parcours est magnifique le long de la moraine du Pelve. Il n’y a pas grand monde dans ce paysage magnifique. Enfin au détour d’un rocher, c’est la récompense de la journée, le refuge de l’Arpont,2309m. C’est un peu la surprise à chaque fois. L’accueil, l’architecture, le confort, la cuisine, l’ambiance, aucun refuge ne se ressemble. Mais c’est ce qui fait le charme de la randonnée. Il faut savoir s’adapter. Le refuge de l’Arpont a été agrandi et restauré en 2012. Il offre une très belle terrasse pour profiter d’un site enchanteur. La salle à manger en arc de cercle est très agréable. Juste à côté du bâtiment principal, j’assiste à un spectacle très amusant. Une marmotte sans gêne vient manger dans la gamelle des poules.
Dîner: Soupe de légumes, dinde au curry et riz, fromage, salade de fruits. 48€.
Très peu de réseau, pas de wifi.
GR5 la Vanoise

GR5 la Vanoise
GR5 la Vanoise

GR5 la Vanoise
GR5 refuge de l'Arpont

GR5 Refuge de l’Arpont
GR5 refuge de l'Arpont

GR5 Refuge de l’Arpont
GR5 refuge de l'Arpont

GR5 Refuge de l’Arpont
GR5 refuge de l'Arpont

GR5 Refuge de l’Arpont

Samedi 11 juillet 2015

29,67 kms
dénivelé total + :1112m
dénivelé total – :2339m
altitude max :2471m
Je pars aux aurores pour profiter d’un peu de fraîcheur. Le très beau sentier serpente en balcon à flanc de montagne surplombant la vallée de Termignon. Dans un décor minéral et herbeux, les arbres ont disparu, l’ombre aussi. Le panorama est exceptionnel.

GR5 parc de la Vanoise

GR5 parc de la Vanoise
GR5 parc de la Vanoise

GR5 Termignon
GR5 parc de la Vanoise

GR5 parc de la Vanoise
Seules de petites fleurs dont des edelweiss donnent de la couleur à ce paysage. Puis ce sont les pâturages de la Loza. Je déjeune au refuge de Fournache avant d’entamer la montée vers le col de Barbier,2287m. Je passe non loin des plans d’eau de l’Amont et de l’Aval. La descente vers Modane traverse la forêt. Enfin un peu d’ombre. J’arrive en fin d’après-midi à Modane, ville tristounette, toute en longueur, surplombée d’un fort et qui se prépare à accueillir le Tour de France. Je descends à l’hôtel du Commerce. Je suis fatiguée, assommée par la chaleur. Je marche avec un tee-shirt à manches longues et des gants que j’avais prévus pour le froid car je ne veux pas griller comme un poulet avec des températures qui frôlent les 30°. Il fait tellement chaud que je n’ai pas faim. Je me contente de quelques fruits achetés au supermarché du coin et au lit.
GR5 alpages de la Loza

GR5 alpages de la Loza
GR5 parc de la Vanoise

GR5 parc de la Vanoise
GR5 retenue de Plan d'Amont

GR5 Retenue de Plan d’Amont
GR5 Modane

GR5 Modane

Dimanche 12 juillet 2015

31,82 kms
dénivelé total + :2067m
dénivelé total – :1487m
altitude max :2435m.
Pas de petit déjeuner ce matin, il ne commence qu’à 7h30 à l’hôtel et je veux partir plus tôt. Je monte à travers bois vers Valfréjus par les Fourneaux. Je quitte le parc de la Vanoise pour entrer dans le Queyras. Le sentier serpente parfois un peu raide jusqu’au col de la Vallée Étroite,2434m, qui marque le passage entre la Savoie et les Hautes-Alpes ainsi que la ligne de partage des eaux. Au loin, le refuge du Mont Thabor. Je me promets de revenir pour en faire l’ascension. Le chemin qui descend dans la pierraille est quelque peu périlleux. Un troupeau de vaches paît au milieu de cette vallée, loin de toute habitation visible.

GR5 Modane

GR5 au-dessus de Modane
GR5

GR5 Col de la Vallée Etroite
GR5 refuge du Mont Thabor

GR5 refuge du Mont Thabor
GR5

GR5 Vallée Etroite
GR5 Vallée Etroite

GR5 Vallée Etroite
Je traverse, parmi des mélèzes, cette merveilleuse vallée étroite.Je me sens tellement loin de tout. La végétation change, de nombreuses sauterelles s’enfuient sur mon passage, on dirait le sud…la la la…et toujours en été…
Lorsque l’on croise quelqu’un en montagne, il est d’usage de se saluer par un bonjour. En descendant, je croise de plus en plus de monde. J’ai droit à un « buon giorno ». Je sais bien que nous ne sommes pas loin de l’Italie mais quand même! Et puis bientôt, ce sont des familles entières avec chiens, glacières et transats. Je n’ai jamais vu autant de marcheurs depuis mon départ. Arrivée au refuge I Ré Magi, il y a foule. C’est vrai, nous sommes dimanche! Tout le monde parle italien. Serai-je passée en Italie sans m’en rendre compte? Non. C’est toujours un petit coin de France mais la seule route qui y conduit vient d’Italie. Je déjeune rapidement, pressée de retrouver un peu de calme.
GR5 vallée étroite

GR5 vallée étroite
GR5 vallée étroite

GR5 vallée étroite
GR5 refuge Tre Maggi

GR5 refuge Tre Maggi
Le chemin ombragé et très agréable monte à travers bois vers le col des Thures,2194m. Le lac de Chavillon s’étale joliment dans le vallon. Je passe à côté d’une stèle à la mémoire de Joseph Giavelli, berger des Thures, qui a du être heureux dans ces magnifiques alpages. J’entame la descente vers Plampinet,1482m, en passant par le col de l’Echelle,1762m. Le chemin sent bon les pins. Les montées sont épuisantes mais les descentes sont pénibles. Je voulais faire halte à Névache pour pouvoir faire la variante qui passe par le col de Granon, mais hélas tout est complet. J’ai réservé à La Cleida. Je ne sais pas ce qui m’attend. Cette auberge n’est pas réputée pour son accueil. La descente est usante, fatigante. Les pierres roulent sous les chaussures. Par 2 fois je me retrouve sur les fesses. La mauvaise réputation de la Cleida n’est pas usurpée. Les dortoirs sont vieillots, la cuisine médiocre, la patronne autoritaire. Étape à oublier.
Dîner: Salade composée, rôti de porc avec du riz et des chips, crème au chocolat. 41€.
GR5 vallée étroite

GR5 vallon des Thures
GR5 lac des Thures

GR5 lac Chavillon
GR5 lac des Thures

GR5 lac des Thures
GR5 descente Plampinet

GR5 descente vers Plampinet
GR5 La Cleida

GR5 La Cleida

Lundi 13 juillet 2015

24,73 kms
dénivelé total + :1112m
dénivelé total – :1304m
altitude max :2607m.
Levée tôt, je prends mon petit déjeuner toute seule dans le couloir. J’ai connu plus agréable. La montée passe par une piste forestière pour arriver dans de jolis alpages déserts jusqu’au col de Dormillouse,2445m, puis au col de la Lauze,2530m. Je n’ai croisé personne ce matin. On m’a souvent demandé si je n’avais pas peur de marcher toute seule. Peur? Non je n’ai pas peur. Enfin pas trop. Je préfère ne pas y penser. Le danger existe bien sûr. Un moment d’inattention, un pied posé de travers, le mauvais temps. La promenade peut vite se transformer en cauchemar. J’essaie d’être prudente. Je choisis soigneusement mon équipement. J’étudie consciencieusement mon parcours. La descente vers Montgenèvre serpente entre bois et prairies.

GR5 col de la Lauze

GR5 col de la Lauze
GR5 Montgenève

GR5 Montgenève
GR5 Briançon

GR5 Briançon
Je continue vers Briançon par le bois de Sestrière, long chemin ombragé pour arriver à Fontenil, 1300m, où se trouve mon étape du jour. Le Petit Phoque ne paye pas de mine vue de l’extérieur…il pourrait même faire peur tellement il parait délabré. Mais l’intérieur est aménagé sobrement et proprement. Et surtout, le propriétaire, Walter, est particulièrement accueillant et aux petits soins. Il se lève aux aurores pour aller chercher du pain frais pour le petit déjeuner. Je profite de l’après-midi pour visiter la vieille ville de Briançon. J’essaie aussi de réserver des refuges pour les jours suivants. Hélas! Avec ce temps exceptionnel et le week-end du 14 juillet, tout est complet. Je suis très ennuyée. Je ne veux pas partir sans assurer mes hébergements. J’essaie toutes les solutions. Rien à faire! Je suis contrainte de rentrer à Paris. Je reviendrai fin août, s’il fait beau, continuer cette Grande Traversée des Alpes.
Dîner: Salade, poulet au lait de coco avec boulgour, compote. 38€.
GR5 Le Petit Phoque

GR5 Le Petit Phoque
GR5 Briançon

GR5 Briançon

Samedi 22 août 2015

17,95 kms
dénivelé total + :1489m
dénivelé total – :998m
altitude max :2477m.
Je prends le train de nuit pour Briançon, bien contente de retrouver les montagnes. Les wagons couchettes n’ont guère changé depuis mon enfance où j’allais avec mon frère passer des vacances chez notre Grand-Mère en Auvergne. Ils sont vieillots, mal entretenus. J’arrive à 8h45 â Briançon. Je me mets en route immédiatement. Il fait bon. Direction le petit village de Villars Saint Pancrace par la route sans faire le détour du GR5. La route monte gentiment avec quelques passages en sous-bois. Rapidement j’arrive aux chalets des Ayes. Je m’arrête à la buvette car je n’ai pas pris de petit déjeuner. Le chemin qui suit est très agréable. Le vallon des Ayes s’étale sous le soleil. C’est magnifique.

Briançon

GR5 Briançon
GR5 Villar-Saint-Pancrace

GR5 Villar-Saint-Pancrace
GR5 Les Ayes

GR5 Les Ayes
Le paysage devient plus minéral à l’approche du col des Ayes,2477m. Après une courte descente dans les prés, je rejoins une route caillouteuse puis c’est du bitume sur 4 kms. J’arrive au village de Brunissard. Le GR5 rejoint la route qui monte au col de l’Isoard très fréquentée par des motards. Je fais étape à la Chap au Teppio. Il n’est que 14h. J’aurais pu continuer mais le prochain refuge est à Ville-Vieille près de Château Queyras à plus 3h. Pour une première journée ça suffit.
Dîner: soupe, paupiettes de veau et pâtes, fromage, fromage blanc et crème de marron. 41€.
Réseau, pas de wifi.
GR5 Les Ayes

GR5 Les Ayes
GR5 Brunissard

GR5 vers Brunissard
GR5 La Teppio Brunissard

GR5 La Teppio Brunissard

Dimanche 23 août 2015

18,87 kms
dénivelé total + :1389m
dénivelé total – :1348m
altitude max :2320m.
Pour la première fois depuis mon départ de Saint Gingolph, il pleut. Les montagnes sont cachées derrière des nuées de brume. C’est la journée pour tester ma cape de pluie. Je quitte La Chap à 7h45 et j’emprunte la route qui va vers Arvieux afin de passer à la boulangerie. Je rejoins le GR5 et traverse une belle forêt de mélèzes. Le chemin est très agréable. Les arbres me protège de la pluie. Sous ma cape je suis mouillée pas par la pluie mais par la transpiration. Le chemin qui descend vers Château-Queyras est glissant. Je traverse rapidement le village. Je suis pressée d’arriver. Je n’aime pas la pluie.

GR5 La Chalp

GR5 La Chalp
GR5 Château-Ville-Vieille

GR5 Château-Ville-Vieille
Château-Ville-Vieille

Château-Ville-Vieille
J’entame la montée vers le col Fromage. Quel drôle de nom! Je suis dans la brume. Je sens les masses sombres des montagnes qui m’entourent. C’est « jour blanc  » comme on dit au ski. Circulez, il n’y a rien à voir! Dommage. Il pleut toujours lorsque j’entreprends la descente vers Ceillac. J’ai hâte d’arriver pour me sécher. Ceillac est un village qui est resté authentique. C’est la patrie de Phillippe Lamour qui créa le GR5. J’ai réservé à l’auberge Les Baladins. Je bénéficie d’une chambre seule. Il y a beaucoup de monde. Je dîne avec un couple d’anglais très drôles et 2 jeunes français.
Dîner: soupe, rôti de porc sauce au bleu avec des haricots verts, fromage, tarte aux noix sauce anglaise 44€.
Réseau et wifi.
GR5 Ceillac

GR5 Ceillac
GR5 Ceillac

GR5 Ceillac
GR5 Les Baladins Ceillac

GR5 Les Baladins Ceillac

Lundi 24 août 2015

20,23 kms
dénivelé + :1479m
dénivelé – :1241m
altitude max :2699m.
La météo a prévu de la pluie pour aujourd’hui. Je pars de Ceillac à 7h45. Il fait bon et il ne pleut pas encore. Le chemin très agréable s’élève dans une forêt de mélèzes. Rapidement j’arrive au lac Miroir qui porte bien son nom. C’est magnifique. La montagne et les arbres se reflètent parfaitement dans l’eau limpide. Tout est calme. Il n’y a personne. Seules quelques marmottes jouent à cache-cache.

GR5 Lac Miroir Ceillac

GR5 Lac Miroir Ceillac
GR5 Ceillac

GR5 une marmotte
GR5 Ceillac

GR5 au-dessus de Ceillac
Ceillac

GR5 au-dessus de Ceillac
Ceillac

GR5 au-dessus de Ceillac
Encore quelques montées et c’est la chapelle Sainte Anne et son lac éponyme qui apparaissent. Il commence à faire froid. Le vent souffle fort et essaie en vain de me jeter au sol. Je monte vers le col Girardin,2700m. Ca grimpe dur. La descente vers la vallée de l’Ubaye, facile au départ, se poursuit par un chemin étroit tout en circonvolutions. Il est midi lorsque j’arrive sur la petite route qui suit l’Ubaye. C’est parti pour 8 kms de bitume. J’aurais bien fait du stop mais pas une voiture ne passe. J’aperçois au loin l’impressionnant pont du Châtelet.
Ceillac

GR5 Chapelle Sainte Anne
Ceillac

GR5 Lac Sainte Anne
Pont du Châtelet

GR5 Pont du Châtelet
GR5 Vallée de l' Ubaye

GR5 Vallée de l’Ubaye
GR5 Vallée de l'Ubaye

GR5 Vallée de l’Ubaye
Finalement alors qu’il ne me reste plus que 2 kms jusqu’au pont du Châtelet, une voiture passe et s’arrête. 2 kms c’est toujours ça de gagné. Je reprends le GR5 quelques mètres avant le pont. Je monte vers Fouillouse où j’arrive à 14h30. Je décide de continuer jusqu’à Larche. Il est trop tôt pour s’arrêter. Je commence à monter lorsque le ciel s’assombrit. Je marche depuis une demi heure lorsque j’entends un premier coup de tonnerre. Je ne suis pas rassurée. La pluie ça va, les orages non. Puis je vois un éclair. Ma décision est prise, je redescends. J’ai trop peur. Je rejoins Fouillouse et je m’arrête au gîte Les Granges.
Le dortoir est composé de lits clots, assez agréables. L’accueil est des plus sommaire voire inexistant. Les jours se suivent et ne se ressemblent pas. Cette fois je partage un dortoir de 10. Nous ne serons finalement que 4.                                                             Dîner: soupe d’orties, rôti de veau et pommes aux herbes, fromage, gâteau à la fraise. 38€.
Pas de réseau ni de wifi.
Fouillouse

GR5 Fouillouse
Gîte Les Granges Fouillouse

GR5 Gîte Les Granges Fouillouse
Gîte Les Granges Fouillouse

GR5 Gîte Les Granges Fouillouse

Mardi 25 août 2015

32,65 kms
dénivelé total + :2017m
dénivelé total – :1986m
altitude max :2671m
Il fait beau ce matin et je quitte Fouillouse à 7h. Une longue journée m’attend. Le chemin grimpe doucement le long de la rivière à travers les prés. Le soleil éclaire la cime des montagnes. Tout est calme. J’entends au loin des aboiements de chien et des sonnailles mais je ne les vois pas. Rapidement j’arrive au col du Vallonnet, premier des 4 cols de la journée. Et toujours cette impression d’être seule au monde. Juste une petite trace de vie, une tente bleue plantée au loin. Je passe à côté des ruines du baraquement de Viraysse puis le col de Mallemort,2558m, vestiges des

Meyronnes

GR5 Meyronnes
Fort de Virayse

GR5 Fort de Virayse
Fort de Virayse

GR5 Fort de Virayse
Larches

GR5 Larches
GR5 Meyronnes

GR5 Meyronnes
La descente dans les prés est agréable et facile. Je suis à Larche à 10h50. J’ai bien marché. J’emprunte la petite route qui mène au vallon de Lauzanier. Entre Fouillouse et Larche je n’ai rencontré personne. En revanche dans ce vallon je croise beaucoup de randonneurs. La montée est douce, le chemin bien aménagé jusqu’au lac de Lauzanier.
Vallon du Lauzanier

GR5 Vallon du Lauzanier
Vallon du Lauzanier

GR5 Vallon du Lauzanier
Lac du Lauzanier

GR5 Vallon du Lauzanier
Passé le lac, il n’y a plus personne. Je retrouve ma solitude. Le paysage devient minéral aux alentours du lac Derrière de la Croix. Devant moi le Pas de la Cavale qu’il va falloir que j’escalade. J’essaie de deviner le passage dans cet amas de rochers. Le sentier est étroit. J’avance précautionneusement. Les pierres sont instables et glissent sous les pieds. Arrivée au Pas de la Cavale,2671m, le paysage est époustouflant, magnifique. Tous les efforts de la montée sont oubliés. Je me remplis de toute cette beauté.
Pas de la Cavale

GR5 Pas de la Cavale
Pas de la Cavale

GR5 Pas de la Cavale
Saint Dalmas le Selvage

GR5 Saint Dalmas le Selvage
GR5 Pas de la Cavale

GR5 Pas de la Cavale
Col des Fourches

GR5 Col des Fourches
La descente est périlleuse dans les pierres de schiste puis le chemin traverse des pâturages. Dernière petite bosse de la journée, le col des Fourches,2267m, avant la descente vers Boussieyas. Le gite communal de Boussieyas avait une réputation plutôt médiocre mais il a été repris cette année par un jeune couple. L’accueil y est des plus chaleureux. Le refuge a entièrement été refait. Tout est propre. Je rencontre Vincent, un jeune suisse qui fait la Via Alpina en mode course. Il est parti depuis presque 7 semaines et a déjà fait quelques milliers de kilomètres. Le dîner est excellent, le meilleur de toute cette GTA.   Dîner: Velouté de carottes, filet mignon de porc, gnocchis à la romaine, clafoutis aux myrtilles. 38€.
Pas de réseau, wifi.
Bousiéyas

GR5 Bousiéyas
Bousiéyas

GR5 Bousiéyas

Mercredi 26 août 2015

28 kms
dénivelé total + :1654m
dénivelé total – :2033m
altitude max :2237m.
Je pars de Boussieyas à 7h30. Le chemin, une route carrossable, monte agréablement à travers des prés. Rapidement j’arrive au col de la Colombiere,2237m. La descente vers Saint Dalmas de Selvage est plutôt aisée à travers des prés. Vincent me rattrape dans la descente. Nous ferons le reste du parcours de la journée ensemble. Nous montons au col d’Anelle,1739m, en papotant. Nous sommes tous les deux ravis d’avoir pour une fois un compagnon de route. Tout en étant seule la plupart du temps en marchant, je ne me sens pas seule. Descente par un joli chemin vers Saint Étienne de Tinée.

Col de la Colombière

GR5 Col de la Colombière
Saint Dalmas le Selvage

GR5 Saint Dalmas le Selvage
Saint Dalmas le Selvage

GR5 Saint Dalmas le Selvage
Saint Etienne de Tinée

GR5 Saint Etienne de Tinée
Saint Dalmas le Selvage

GR5 Saint Etienne de Tinée
Il fait très chaud. Je m’achète un coca avant de me lancer dans la montée vers Auron qui est très raide. La station d’Auron est peu animée en cette fin d’août. Plutôt que de monter au col de Blainon,2011m, par les pistes de ski, je prends le télésiège du Blainon jusqu’au sommet du Colombier et je rejoins le col du Blainon par le joli chemin des crêtes. La descente vers Roya est très agréable à travers les prés. Roya est un hameau perdu au fond de la vallée éponyme. Je fais halte au gîte communal. Confort correct mais cuisine très moyenne.
Dîner: soupe, penne à la bolognaise, salade de fruits en boîte, 41€.
Pas de réseau ni de wifi.
Vallée de la Roya

GR5 Vallée de la Roya
Vallée de la Roya

GR5 Vallée de la Roya
Roya

GR5 Gîte de Roya

Jeudi 27 août 2015

30,67 kms
dénivelé total + :1382m
dénivelé total – :2411m
altitude max :2480m
Départ au petit matin. Aujourd’hui j’entre dans le parc du Mercantour. Montée dans une forêt de mélèzes. Puis ce sont des prés avec en face la barre de Sallevieille. Le chemin se perd parfois dans les rochers. Vincent me double dans la montée. Je traverse un petit vallon au pied du mont Mounier. Dans la montée finale vers le col de Crousette, j’assiste à un spectacle étonnant. Un berger guide par la voix ses chiens qui sont loin très loin de l’autre côté et qui rassemblent un troupeau de moutons. L’autre versant du mont Mounier découvre un vaste plateau minéral. C’est magnifique!

Roya

GR5 Roya s’éveille
Vallon de Sallevielle

GR5 Vallon de Sallevielle
Moutons

GR5 troupeau de moutons
Mont Mounier

GR5 Mont Mounier
Bas du Mont Mounier

GR5 Mont Mounier
Je descends vers le hameau de Vignol pour remonter vers les portes de Longon puis le refuge éponyme. Je déjeune d’une magnifique assiette de charcuterie et fromage. La descente vers le village de Roure commence dans une forêt de mélèzes pour finir par une route carrossable. Roure s’étale à flanc de montagne. La descente vers Saint Sauveur sur Tinee est assez raide. Je rencontre les premiers oliviers. Je suis bien dans le sud. Je retrouve Vincent près de la fontaine du village. Il est arrivé depuis plus de 2 heures. Nous avons réservé au Relais d’Auron. Nous n’avons pas eu le choix. Il n’y avait pas de place ailleurs. Je dîne avec Vincent. Demain nos chemins se séparent, il continue vers Monaco par le et je descends à Nice.
Dîner: pâté en croûte, cuisse de canard haricots verts, fromage, crème brûlée 56€.
Réseau, wifi à l’office du tourisme et mairie.
Portes de Longon

GR5 Portes de Longon
Plateau de Longon

GR5 Plateau de Longon
Vacherie de Roure

GR5 Vacherie de Roure
La descente vers Saint Sauveur sur Tinee est assez raide. Je rencontre les premiers oliviers. Je suis bien dans le sud. Je retrouve Vincent près de la fontaine du village. Il est arrivé depuis plus de 2 heures. Nous avons réservé au Relais d’Auron. Il n’y avait pas de place ailleurs. Nous n’avons pas eu le choix. Vieillot, moche… Parfois je préférerais dormir à la belle étoile. Je dîne avec Vincent. Demain nos chemins se séparent: il continue par le vers Monaco, je descends à Nice.
Dîner: pâté en croûte, cuisse de canard haricots verts, fromage, crème brûlée 56€.
Réseau, wifi à l’office du tourisme et mairie.
Roure

GR5 Roure
Saint Sauveur sur Tinée

GR5 Saint Sauveur sur Tinée
Relais d'Auron Saint Sauveur sur Tinée

GR5 Relais d’Auron

Vendredi 28 août 2015

46,34 kms
dénivelé total + :2412
dénivelé total – :2382m
altitude max :1982m
C’est encore une très longue journée qui s’annonce. Je quitte Saint Sauveur très tôt pour éviter la chaleur. Le chemin monte par une ancienne route carrossable vers le village de Rimplas situé sur un promontoire. Puis c’est Saint Dalmas Valdeblore.

GR5 Saint Dalmas Valdeblore

GR5 Saint Dalmas Valdeblore
Saint Dalmas Valdeblore

GR5 Saint Dalmas Valdeblore
Je ne m’arrête pas, j’ai encore beaucoup de chemin à faire. Le sentier serpente en sous-bois pour arriver au col des deux Caires ,1906m. Je retrouve ce magnifique ciel bleu qui m’a accompagné durant la première partie de cette Grande Traversée des Alpes. Le chemin continue en balcon puis descend dans une belle forêt jusqu’aux Granges de la Brasque. Le GR5 emprunte la route en coupant quelques virages. Le sentier, assez pierreux, passe par plusieurs petits cols à travers des bois. Après être passée sous le Brec d’Utelle, pour la première fois, j’aperçois au loin la mer. Sentiment d’indicible allégresse.
GR5 Utelle

GR5 Utelle
Col du Brec

GR5 col du Brec d’Utelle
GR5 Utelle

GR5 Utelle
La descente sur Utelle est usante avec tous ces cailloux. J’aurais bien aimé faire halte à l’Hostellerie du sanctuaire de la Madone d’Utelle mais je dois continuer jusqu’à Levens. Demain je dois reprendre l’avion. C’est ma dernière grande journée de marche. Après m’être arrêtée pour manger une glace, je reprends le chemin qui descend vers le Cros d’Utelle. Dernière montée de la journée vers Levens. Je suis épuisée. J’ai marché plus de 14h aujourd’hui! J’arrive à La Vigneraie, mon hôtel pour ce soir. Heureusement cette étape sera très agréable et le dîner excellent.
Dîner: melon et jambon de pays, filet de cabillaud gnocchis à la romaine endive cuite, plateau de fromages, tarte de blettes, corbeille de fruits. 66€.
Réseau et wifi.
Utelle

GR5 Utelle
Levens

GR5 Levens
La Vigneraie Levens

GR5 La Vigneraie Levens

Vendredi 28 août 2015

Dernière journée de cette Grande Traversée des Alpes. Je ne suis plus qu’à une vingtaine de kilomètres de Nice. Pour la première fois depuis mon départ de Saint Gingolph, je ne presse pas le pas. Durant toutes ces journées, j’ai souvent marché rapidement, le regard à la recherche de ces marques blanches et rouges qui dessinaient mon chemin, pressée d’arriver à l’étape du soir. Mais aujourd’hui, je prends mon temps. Je profite de ces derniers instants de solitude et de paix. Je sens que c’est la fin d’une aventure personnelle, une aventure sportive, esthétique et intérieure. Depuis Levens, je vois la mer Méditerranée au détour des virages. Les collines sont parsemés de petits villages plus ou moins cachés. Le GR5 chemine par des sentiers ou de petites routes. Je passe par le village de Sainte Claire puis celui d’Aspremont.

Aspremont

GR5 Aspremont
Aspremont

GR5 Aspremont
Aspremont

GR5 Nice
Castagniers

GR5 Castagniers
GR5 Nice

GR5 Nice
Le chemin contourne le Mont Cima et le mont Chauve pour arriver sur les faubourgs de Nice. Mon ami niçois Pierre-François a tenu à venir à ma rencontre. Nous déjeunons ensemble puis je prends l’avion pour Paris. C’est la fin de cette Grande Traversée des Alpes. J’ai mis un peu plus de 140 heures pour faire plus de 500 kms avec 27000m de dénivelé positif durant 19 jours. Avant de partir je me suis demandée si j’arriverais au bout de cette aventure. Mais maintenant que je connais mieux mes capacités et mes limites, je referai un jour cette Grande Traversée des Alpes mais en prenant mon temps et en passant par quelques variantes que je n’ai pas faites notamment la fin par la vallée des Merveilles.
Nice
Nice
Je remercie tous ceux que j’ai rencontrés tout le long de mon parcours, les randonneurs, les habitants des petits villages que j’ai traversés, les hôtes dans les refuges ou gîtes où j’ai séjourné; tous ceux avec qui j’ai discuté quelques secondes ou quelques minutes et qui ont mis de la couleur et de la vie dans mon parcours. J’ai rencontré des gens heureux, heureux d’être là où ils étaient, heureux de faire ce qu’ils faisaient. Je garde au plus profond de moi de magnifiques images, de merveilleux souvenirs et l’envie de repartir.

6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *